Pauline Bastard

états de la matière3  état de la matière 411_Les-Etats-de-la-Matiere-Le-mur-2013-image-5      etats_de_la_matiere 2 etats_de_la_matiere 366

Pauline Bastard ne construit pas, elle détruit. Elle ne bâtit pas, elle disperse menu. Dans un monde où on amasse, elle préfère disséminer.

 

Tout commence par l’achat pour un euro symbolique d’une maison dans les Landes, sans terrain, qu’elle a pour obligation de détruire rapidement, et qui sera immédiatement au centre de son projet Les états de la matière.

L’idée lui vient alors de faire disparaître la maison sans impacter le paysage. A mains nues, elle commence à en arracher donc chaque pan, chaque poutre, à l’aide d’outils sommaires, puis répand avec soin chaque matériau, bois, sable, pierre, argile, dans la nature aux alentours.

Les murs sont démolis à mains nues, les pierres portées patiemment, obstinément, le sable éparpillé avec d’infinies précautions dans les champs comme on rendrait à la terre les cendres d’un être aimé.

Peu à peu, la maison disparaît du paysage.  Tout redevient poussière, retourne à l’état de matière première.

A l’heure où l’habitat est considéré comme le refuge par excellence, l’artiste va contre le cours logique des choses, détruisant patiemment ce que l’homme a durement bâti, choisissant définitivement son camp sans grandes déclarations mais par les gestes simples d’une performance subtile et intelligente aux frontières du Land Art.

 

Galerie Eva Hober

Site Pauline Bastard

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s