Reuben Negrón

Reuben_Negron_Embrace_01Reuben_Negron_Embrace_02Reuben_Negron_Embrace_03Reuben_Negron_Embrace_06

De quoi parle t-on réellement quand on parle de sexe ? aurait pu dire Carver, observateur attentif du quotidien, en voyant cette série.

 

Traiter graphiquement la question du sexe n’est pas un exercice aussi facile qu’il y parait – si tant est qu’on veuille s’affranchir de la simple provocation, naturellement.

Car au fond le sexe n’est-pas l’unique sujet de cette série de dessins. Non, à bien y regarder, c’est l’intimité de ces couples qui intéresse Negron.

Pas de mise en scène ici, de théâtralisation extérieure. Aucun décor auquel se raccrocher, aucune possibilité offerte de nous projeter dans la scène. Les corps eux mêmes semblent communs, sans distinction particulière, sans relief, quasiment interchangeables.

Ne subsiste au final qu’une chorégraphie de corps dont la nudité n’est plus un sujet en soi et qui n’ont rien d’esthétique – ni séduisants ni repoussants à mon goût.

Après avoir traité le sexe dans plusieurs séries avec des approches différentes, flirtant parfois plus avec le Breat Easton Ellis d’American Psycho qu’avec Walt Dysney, Reuben appelle à la raison, nous disant malicieusement « Bienvenue dans le monde réel ».

Une façon de rendre à l’acte sexuel sa valeur universelle et de le replacer dans un quotidien dont il n’est qu’une des multiples facettes, loin de tout fantasme.

La vraie vie, au fond.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s